Capital soleil : comprendre l'espérance de vie de votre peau

Capital soleil : comprendre l'espérance de vie de votre peau

Méconnu, le “capital soleil” est un outil, une approche, une façon de voir votre vie cutanée sous un angle plus raisonnable.
Utile pour vous aider à adopter des habitudes saines afin d’optimiser la durée de vie de votre peau, cette notion n’est pas une métrique scientifique à proprement parler mais vous permet de mieux comprendre pourquoi et comment garder une belle peau en vieillissant.
Découvrons donc ensemble comment évaluer et préserver votre capital soleil en explorant votre phototype et ses propriétés.

Le capital soleil, c'est quoi ?

Médiatisé au cœur de l’été, le “capital soleil” ou “capital solaire” est un concept simple permettant de saisir la durée et l’intensité d’ensoleillement que votre peau peut supporter tout au long de son existence.
La raison pour laquelle il est vital de le respecter tient en ce qu’une fois épuisé, ce capital solaire laisse place à des risques accrus de développement de cancers, à commencer par les cancers de la peau.

La peau et ses mécanismes de protection : les limites de l'auto-réparation

Un coup de soleil, est-ce vraiment grave ?
Après tout, il nous suffit de nous enduire de crème hydratante, de “muer” en retirant la “peau morte” et nous voilà prêt(e) à profiter de nouveau du soleil après “avoir fait peau neuve”.
Pas tout à fait !
Si le corps humain dispose d’une incroyable résilience à de nombreux égards, il a lui aussi ses limites.
En effet, les rayons UVs exposent l’ADN contenu dans nos cellules à une pression qui peut le faire changer : on parle de “mutation génétique”.
Les “défenses naturelles” de notre corps à cet égard résident dans des mécanismes de correction d’erreurs génétiques.
En d’autres termes : notre organisme abrite à chaque instant des cellules cancéreuses mais il est capable d’en réguler la quantité en les identifiant et en les éliminant pour conserver en grande majorité des cellules saines.
Malheureusement, différents facteurs (notamment les rayons UVs) ajoutent une pression sur ces défenses naturelles qui éprouvent de plus en plus de mal à garder les cellules en état de fonctionnement normal avec le temps.

Des limites d'exposition solaire variables d'un individu à l'autre

En outre, ce capital soleil varie d’un individu à l’autre puisque chaque peau présente des propriétés propres.
Fort heureusement, pour simplifier le problème afin de le traiter plus efficacement, il est possible de trouver des points communs.
La mélanine, par exemple, pigment présent dans la peau et dont la quantité nous offre un teint plus ou moins bronzé, est universellement présente chez chaque individu (à l’exception des personnes atteintes d’affections cutanées spécifiques telles que les “albinos”).
Cela signifie qu’on peut prendre une mesure indirecte de notre capital soleil en s’intéressant à des éléments visibles à l’œil nu.
On dit alors qu’il est possible de comprendre l’étendue de nos limites à l’observation de notre “phénotype” (signes extérieurs).

Le phototype : un élément de phénotype à maîtriser pour rayonner à tout âge

À cet égard, plusieurs méthodes existent et chacune d’entre elles est une démarche à part entière.
Elles reposent cela dit toutes sur le même postulat : chaque peau peut se comprendre à la lumière de ses caractéristiques.
Certaines peaux vont ainsi naturellement ensemble, regroupées par des critères de classification spécifiques.
Lorsqu’il s’agit de déterminer comment prendre soin de votre peau face aux rayons du soleil, l’approche la plus pertinente est celle des “phototypes”.

Classification des phototypes : une organisation systématique des types de peau

Que votre peau soit plutôt bronzée ou qu’elle soit d’un rose pâle, le simple fait d’avoir un épiderme vous permet de vous positionner sur le spectre des phototypes.
Cette classification se décline en 6 groupes principaux (pouvant être décomposés en sous-groupes si nécessaire), rassemblant les peaux par ordre de photorésistance croissant :

  • Groupe I : peaux dites “celtiques” ou “blanches”;
  • Groupe II : peaux dites “nordiques” ou “européennes”;
  • Groupe III : peaux dites “blondes” ou “à poils sombres”;
  • Groupe IV : peaux dites “latines”;
  • Groupe V : peaux dites “arabes”, “asiatiques” ou “indiennes”
  • Groupe VI : peaux dites “sombres” ou “noires”;

Si les peaux classées phototype I ont une très faible résistance au rayons UVs du soleil et doivent donc faire preuve de beaucoup de vigilance, celles du phototype VI ont beaucoup plus de latitude puisqu’elles bénéficient d’une protection naturelle beaucoup plus importante.

Toutefois, il est essentiel de rappeler que peu importe le groupe auquel appartient une peau donnée, il reste vital d’en connaître les limites et de savoir de quelle façon il est possible de la protéger au mieux.

En effet, cette approche “éclairée” permet de maximiser votre espérance de vie cutanée pour profiter du soleil tout en évitant les désagréments esthétiques voire les soucis cutanés pouvant devenir des problèmes de santé.

Quelle peau avez-vous ?

Quelques éléments faciles à relever permettent de déterminer votre phototype. Prêt(e) à déterminer le vôtre et à en découvrir les caractéristiques ?

Phototype I : du soleil à très petite dose !

Votre peau est pâle ou rosée ? Vous avez des tâches de rousseur et / ou votre pigmentation capillaire est plutôt rousse ? Vous faîtes partie du phototype I !
S’il existe des crèmes solaires adaptées à tous les phototypes, cela ne signifie pas qu’il est possible de prendre un bain de soleil sans jamais regarder sa montre.
C’est particulièrement vrai si vous faîtes partie du phototype I !
Très sensible aux rayons UVs, votre peau peut brûler très rapidement, même lorsque vous n’êtes exposé(e) qu’à la réverbération sur des matériaux très absorbants.
Pire encore : le soleil est capable de vous faire vieillir prématurément même lorsqu’il se cache derrirère des nuages !
Certaines études, telles que celle publiée en 2020 par une équipe de recherche menée par Ankur K. Jindal (1) s’intéressent à la place du phototype dans les facteurs déterminant le temps d’exposition solaire nécessaire à la fixation de la vitamine D.
Le problème est multifactoriel (génétique, âge, état de la peau, stress, niveau de sommeil, alimentation, puissance du soleil lors de l’exposition, etc.).
Toutefois, une règle simple est communément admise : 5 à 10 minutes (maximum) d’exposition solaire raisonnable, tant que l’indice de la crème solaire utilisée convient au phototype (en général 50 pour un phototype I).

Phototype II : la crème solaire est votre meilleure amie

Dans une proportion moindre que le phototype I, cette catégorie reste tout de même très sensible aux rayons UVs.
Une crème d’ndice 40 à 50 reste de mise pour un temps d’exposition similaire.
Pour savoir si votre peau appartient à ce groupe, il vous suffit de constater à quel point il vous a été difficile de bronzer dans votre vie.
Si les phototypes I sont systématiquement sujets aux coups de soleil, les phototypes II peuvent bronzer quelque peu mais à un degré très faible. Cela vous permet, en fonction de l’intensité de l’ensoleillement, de profiter de 10 à 15 minutes d’exposition continue sans brûler.

Phototype III : apprenez à apprécier l’ombre estival

Les phototypes III peuvent beaucoup plus facilement apprécier de se promener au soleil avec leurs 15 minutes d’ensoleillement protégé à moindre frais pour leur peau.
Plus encore, leur épiderme leur autorise une fenêtre de temps nettement plus intéressante (une trentaine à une quarantaine de minutes), pour peu qu’ils acceptent d’en profiter à l’ombre, éclairés par la réverbation des rayons.
Toutefois, il reste vital, pour ne pas entamer leur capital soleil de façon trop importante, de rester mesuré(e)s en gardant les bons gestes, à savoir : s’enduire d’une crème solaire d’indice 30 au moins.

Phototype IV : bronzer devient possible

Les peaux dites “latines” se reconnaissent à leur pigmentation naturelle qui, même en l’absence d’une exposition régulière au soleil, leur confère une protection aux UVs plus intéressante que les phototypes précédents.
Le phototype IV peut ainsi bénéficier de bains de soleil d’une bonne vingtaine de minutes (voire trentaine) avec une crème indicée de 20 à 30.
Si bien entendu les peaux diffèrent individuellement, cette approximation explique la rareté des coups de soleil en vacances d’été pour les peaux de phototype IV.

Phototype V : se lézarder mais… pas trop !

Chaise longue, cocktail… mais où est le parasol ? Les peaux de phototype V sont généralement plus sombres et sont héritées de la génétique de certains groupes ethniques.
C’est ce qui explique leurs surnoms comme “peau indienne” ou “peau arabe” par exemple.
Le niveau de pigmentation des épidermes de phototype V est le gage d’une résistance nettement supérieure aux rayons UVs.
Cela leur permet de se prélasser beaucoup plus facilement au soleil. Autrement dit : ces peaux peuvent profiter d’une exposition sous indice solaire 10 ou plus pendant une vingtaine ou une trentaine de minutes.

Phototype VI : n’abusez pas des bonnes choses

D’une résistance “absolue” aux rayons UVs (relativement, en réalité, aux autres phototypes), les peaux de phototype VI sont les plus à même de profiter de l’été.
Une fois protégée par une crème solaire d’indice 8 à 10, il semble que rien ne puisse arrêter votre peau.
Profitez donc de vous relaxer durant cette période estivale mais attention à ne pas abuser des bonnes choses !
Bien que robuste, votre peau peut elle aussi brûler sous le soleil de midi et plusieurs heures d’exposition finiront par lui être nocives.

Les indices des crèmes solaires et votre vieillissement cutané

Comme vous le savez déjà, plus un indice solaire est élevé, plus la crème correspondante protège votre peau des “coups de soleil”.
C’est pourquoi les phototypes I doivent préférer des crèmes d’indice 50 tandis que les phototypes VI peuvent recourir à des crèmes d’indice 10.
Mais pour comprendre la logique de ces indices, il faut en saisir la signification.
Lorsque vous choisissez un produit d’indice 10, cela signifie que la crème que vous étalez sur votre peau laissera passer un dixième des rayons UVs reçu du soleil.
En d’autres termes, cela signifie que la protection offerte par une crème d’indice 10 est de 90%, puique seuls 10% des UVs seront “autorisés” à atteindre votre peau.
Ce chiffre en dit long sur la fragilité de la peau face au soleil. En effet, s’il est conseillé aux peaux les plus robustes de filtrer les rayons UVs à 90%, c’est parce que les réactions biochimiques se produisant dans votre organisme sous l’effet des UVs sont telles que :

  • Vous vous exposez à un vieillissement prématuré de votre peau visible en seulement quelques années lorsque vous la laissez exposée régulièrement sans protection (même sur de courtes périodes);
  • Vous augmentez considérablement le risque de développer dans les années qui suivent un cancer de la peau.

Pourquoi utiliser un complément alimentaire pour une bonne santé cutanée ?

Le soleil est donc une nécessité pour votre moral et votre santé mais il est également dangereux si l’on ne s’en protège pas correctement.
Parmi les réactions biochimiques entraînant un vieillissement prématuré, l’oxydation de la paroi de vos cellules tient le palmarès de facteur majeur.
En ce sens, une protection solaire adaptée doit aller de pair avec une alimentation suffisamment riche en antioxydants, afin de contribuer à la neutralisation des radicaux libres dont la présence entraîne le déclenchement d’un stress oxydatif.
À cet égard, une supplémentation alimentaire reste votre allié le plus précieux puisqu’une nutrition ciblée est le gage d’un apport suffisant des antioxydants qu’il vous faut en seulement quelques gestes pratiques et qtuotidiens.

Une gamme adaptée à tous les types de peaux

C’est fort de ce constat que MyPureSkin a intégré à ses compléments alimentaires anti-âge des antioxydants reconnus scientifiquement pour leur efficacité.
Plaçant comme toujours la Nature et la Science au cœur de leurs formules, nos collaborateurs ont travaillé de concert pour produire une gamme capable de s’adapter à vos différents besoins tout en conservant des propriétés clés : celles de notre cœur de formule.
Ce faisant, chacun de nos nutricosmétiques offre l’avantage d’être efficace pour n’importe quel phototype.

Choisir votre complément alimentaire en fonction de vos besoins

En amont, pendant et après l’été, prendre soin de votre peau demande donc une routine santé adaptée, plaçant une crème solaire au cœur de vos gestes quotidien et un complément alimentaire anti-âge adaptés à vos besoins.
MyCollagenLift, MyCollagenGlow et MyCollagenRepair ont chacun des objectifs différents mais vous offiront une combinaison d’antioxydants (grâce à leurs vitamines et SuperOxyde Dismutase), de peptides de collagène et d’acide hyaluronique pertinents à tout âge et à toute période de l’année.

MyCollagenLift pour préserver votre capital beauté face à l’âge

Primé aux Victoires de la Beauté et célébré par nos consommateurs pour des propriétés anti-âge démontrées à l’issue d’un essai clinique, MyCollagenLift va au-delà des lieux communs.
Reconnus comme un “produit de qualité exceptionnelle pour lutter contre le stress oxydatif” par l’IEA (Institut Européen des Antioxydants), ce nutricosmétique premium peut se consommer à tout âge en vue de prévenir, d’accompagner et d’atténuer les conséquences du processus de vieillissement, notamment dans votre peau.

MyCollagenGlow pour retrouver votre éclat

Toutefois, certain(e)s d’entre vous sont à la recherche d’une solution plus ciblée pour entretenir l’homogénéité du teint, la qualité des ongles et du cuir chevelu.
C’est pourquoi nous avons imaginé MyCollagenGlow.
S’inscrivant dans le prolongement de l’initiative de MyCollagenLift, ce nutricosmétique voit son cœur de formule enrichi de prébiotiques tels que des galacto-oligosaccharides afin de renforcer la protection cutanée contre les agents pathogènes en intervenant dès le processus de digestion.

MyCollagenRepair pour les amateurs de sports

Enfin, celles et ceux qui cherchent un allié pour leur récupération physique trouveront dans MyCollagenRepair les principes actifs qu’il leur faut.
Grâce à son acide rosmarinique et sa silymarine, la contribution qu’il apporte est très appréciable en ce qui concerne la stabilisation de votre vitalité et l’accélération du processus de renouvellement cellulaire de votre peau, de vos muscles et de vos articulations.

La philosophie de MyPureSkin : au-delà de votre choix, prendre soin de soi

Au-delà des contingences des saisons, des tendances et des réalités changeantes propres à chaque âge, MyPureSkin vous propose surtout un soutien dans l’établissement d’une routine beauté qui fait sens.
C’est pourquoi nous vous conseillons tout d’abord une cure de 3 mois pour constater rapidement des résultats au quotidien et vous accompagner dans la mise en place d’un style de vie célébrant un mieux-être qui durera longtemps.

  1. Étude de la balance risques / bénéfices d’une exposition au soleil au regard du phototypes et d’autres facteurs chez les enfants : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7001416